Les Arawaks accouchaient dans l’eau

Les Arawaks, ces amérindiens qui, les premiers, peuplèrent la Guadeloupe accouchaient dans l’eau ! C’est ce que montre cette roche gravée visible sur le parcours de la randonnée du Sentier de Basse Pointe le long du littoral Sud Basse-Terre.

Sur cette roche, on a représentée une femme, reconnaissable à sa poitrine, accroupie. Le petit dessin entre ses cuisses représente un petit visage. Il s’agit donc d’une représentation d’un accouchement dans l’eau.

Je trouve cette image attendrissante. J’aime son expressivité, malgré son caractère sommaire. Je pourrais presque l’entendre crier… Mais peut-être que je me fais un film…

J’avais eu l’occasion de faire cette randonnée en 2009 – et d’ailleurs, si tu vas en Guadeloupe, je te la recommande ! – mais je n’avais pas vu cette roche car elle était dissimulée par de hautes herbes. Par contre, je me rappelle parfaitement du petit bassin où elle se situe. Il y a une autre roche gravée de l’autre côté du bassin qui, elle, représente un homme. Était-ce le papa ? Je me rappelle du calme de l’endroit mais je n’ai jamais pensé qu’elle abritait un tel trésor.

Pourquoi est-ce que je te parle d’accouchement dans l’eau ?

Non, ce n’est pas parce que j’ai accouché dans l’eau. Note que j’aurais bien voulu ! La sage-femme m’a proposé de prendre un bain 3 heures après notre arrivée à la maternité. Je me souviens que ç’a été le moment le plus agréable de ces 18 heures passées en salle d’accouchement. J’y serais restée toute la journée, si ç’avait été possible… Mais trêve de bavardages.

Si je te parle de ça, c’est parce que d’une part, un peu de culture générale, ça ne fait  pas de mal. Tu t’imagines plaçant cette info en soirée ? De rien, c’est cadeau ! wink

Plus sérieusement, je t’en parle parce que j’ai noté une sorte de retour aux pratiques ancestrales autour de l’accouchement. Comme si, après l’hyper-médicalisation de cet acte pourtant si naturel, on avait décidé de revenir aux sources. Comme si, on se rendait compte que finalement, on faisait fausse route. Aujourd’hui, avec le développement de l’accouchement physiologique, de plus en plus de maternités offrent cette possibilité aux futures mères. Et à mon sens, c’est une bonne chose.  Ceci dit, je trouve ça très rassurant de savoir qu’ à côté, une équipe médicale est prête à intervenir au cas où. Mais, puisqu’on est en 2018, pourquoi ne pas profiter du meilleur des 2 mondes et ne faire appel à la technique qu’en cas de nécessité ?

Le déroulement de l’accouchement dans l’eau aujourd’hui

La future maman est placée dans une cuve transparente remplie d’eau à 37 °C, la température du corps humain. Elle est prise en charge par une équipe médicale constituée d’un obstétricien et d’une sage-femme. Le moment venu, elle met en pratique les exercices qu’elle a appris lors de la préparation à l’accouchement afin de mettre au monde son bébé. Une fois expulsé, le nouveau-né est remonté progressivement à la surface.

Instinctivement, le nouveau-né ne prend sa première inspiration qu’une fois à l’air libre. Il ne court donc aucun danger de noyade. Le bébé est placé sur la poitrine de sa maman, qui elle, sortira du bassin pour se placer sur une table de travail où aura lieu la délivrance.

Ci-contre, une vidéo postée par Lisa Marie Sanchez Oxenham, une sage-femme originaire de Los Angeles montrant un accouchement dans l’eau.

Publiée par Lisa Marie Sanchez Oxenham sur Samedi 3 septembre 2016

En France, l’accouchement dans l’eau complet est peu proposé. Par contre, il est tout-à-fait possible d’effectuer une partie du travail dans une baignoire et d’en sortir pour l’expulsion et la délivrance. 

Les avantages de l’accouchement dans l’eau

L’eau aide la future maman à se détendre et favorise ainsi la dilatation de son col de l’utérus. Le travail dure alors moins longtemps en comparaison de la méthode classique et les tissus musculaires  y compris le périnée, ont une meilleure élasticité, ce qui diminue les risques de déchirure ou d’épisiotomie. De plus, l’eau réduit les douleurs ressenties lors des contractions. Elle favorise une meilleure respiration pour aider la future maman à pousser efficacement et à expulser son bébé le plus rapidement possible. En même temps, elle permet une sensation de légèreté grâce à l’effet d’apesanteur. Cela permet à la maman d’être plus mobile et plus détendue et favorise la baisse de la tension artérielle.

En général, les mamans qui ont eu la chance de tester cette méthode, n’en souhaite aucune autre pour leurs autres accouchements.

Et toi ? Où en es-tu de tes réflexions sur l’accouchement ? Plutôt physiologique ou au contraire, médicalisée ? As-tu accouché dans l’eau ? Parlons-en dans les commentaires.

© C&P Guezennec  Zoom-Guadeloupe.fr – Reproduction interdite

Pour aller plus loin : 

Le site de l’association spécialisée en la matière : l’AFNA.

Qui suis-je ?

Hello ! Je suis Laure, serial net-shoppeuse, à la recherche perpétuelle des petites et grandes choses qui rendent la vie jolie. Je crois fortement au pouvoir de la gentillesse et de la bienveillance, c’est dans cet esprit que je partage ici avec toi mon expérience de loving mama. (En savoir plus)

 

Et sur Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton

Commentaires récents